Autoportrait d'un homme au repos: le joueur

Publié le par Gautier

Autoportrait d'un homme au repos: le joueur

Mon métier consiste à scorer autour d’un plateau. À scorer le plus vite possible. C'est un métier d'homme. D'abord parce que lorsqu'il est à la table l'homme a envie de scorer le plus vite possible, ensuite parce que lorsqu'il y a plusieurs hommes à la table ils veulent tous scorer plus vite les uns que les autres.

Un métier humain.

Je suis joueur.

Il y a eu Chvatil, il y a eu Attia, il y a eu Rosenberg, il y a eu Konieczka, il y a eu les Allemands et, maintenant il y a moi. Je serai cette année champion du monde et aux prochains jeux de plateau j’aurai le plus gros score.

Je suis l'homme le plus optimal de la convention, le plus calme, le plus concentré, et mon travail consiste à fabriquer du combo.

Tous les grands joueurs fabriquent du combo.

Scorer plus vite c'est d'abord scorer autrement ; de façon à semer l’inquiétude et le doute. Faire peur. Scorer de telle manière que les autres soient persuadés que vous ne tiendrez pas sur vos pattes, jusqu'à ce qu'une génération entière score comme vous.

Dans une vie de joueur on ne peut inventer qu'un combo génial et un seul.

Les Allemands sont arrivés sur le circuit avec la réputation d’ « über-optimisateurs » deux saisons plus tard les cinquante top-joueurs du circuit scoraient comme eux.

Maintenant il y a moi.

Être un grand joueur est un état qui exige un don absolu de soi-même et une concentration totale. Je joue à temps plein. Je joue en remplissant ma déclaration d’impôts. Je vis avec un sac de jeux de cinquante kilos au bras pour jouer partout. Je souris au vendeur de Trollune et au stagiaire parce que je sais qu’ils m’aident à jouer. Je casse la tête de mes partenaires de jeu qui sont nuls parce que je sais que cela m’aidera à jouer.

Autoportrait d'un homme au repos: le joueur

Prenez deux hommes à égalité de poids et de matériel, à la même table, mettez-les en face l’un de l’autre et c’est toujours moi qui score le plus vite.

L’ouverture en BreakingNews-Scorched Earth-ScorchedEarth qui met le runner à genoux en deux minutes, je la fais mille fois par semaine. Les Aménagements mineurs qui démultiplient tes céréales, ceux que l’on prend avec le cerveau de plomb pour scorer 1 point de plus, je les fais chaque soir avant de me coucher. Je sais toutes les séquences de catastrophes et l’arrivée des tuiles à Peloponnes, je les vois passer au ralenti.

Je me prépare aussi pour ces parties molles et indécises que le hasard des jeux de société nous imposent. Les jeux tordus qui permettent à un Tom Vuarchex, le Lidjaïste, de devenir un champion de jeu.

Tout compte dans votre carrière.

Un jour, l'essentiel devient la couleur de votre meeple. C'est le meeple qui fait la victoire. Vous avez trituré vos cubes, vous avez changé quatorze fois d’avis avant de laisser finalement le prévôt sur place, vous vous êtes mis en colère et vous avez perdu pour deux points à Neuroshima Hex parce qu’après avoir défaussé votre tuile combat vous vous êtes demandé dans quelle position exacte poser votre rétiaire.

Autoportrait d'un homme au repos: le joueur

Quand je dors, j’optimise, en mangeant j’optimise. Je dessine mes parties, je modèle mes stratégies. Une fois installé, mes cuisses et mon dos sont intraitables, je porte sans cesse sur le menton la marque de mon poing quand je réfléchis.

Lorsque le pion « Premier joueur » me libère et que c'est mon tour, il libère des tonnes de travail. Après, il reste un joueur à la table qui n’a plus ni yeux, ni tête, ni jambe et qui combote pour scorer sur la piste plus vite que les autres hommes.

C'est la règle.

Et puis il y a le moment qui arrive forcément dans une vie, le seul moment de vrai repos, de repos absolu. Le repos du joueur.

Vous avez fait deux sauts PRL, vous entrez dans la phase d’agent dormant et vous faites cette minuscule erreur de jugement, cette petite faute stupide (qui n'est pas d'inattention puisque les joueurs ignorent l'inattention) qui vous tire quelques centimètres en dehors de la ligne idéale : vous donnez un ordre d’exécution au joueur suivant. Et la, c'est le vrai repos, le repos immense. Vous êtes passé par l’air-lock puis très vite tous les humains sont en cellule ou à l’infirmerie. Plus rien n'a d'importance, vous n'êtes plus un joueur, vos muscles se relâchent, votre esprit se libère, vous savez que vous allez mourir dans l’espace.

Autoportrait d'un homme au repos: le joueur
Autoportrait d'un homme au repos: le joueur

Bon, comme on est assez loin de l'actu ludique, quelques explications s'imposent:

L' Autoprtrait d'un homme au repos: Le descendeur est à l'origine un texte de Paul Fournel, l'actuel président de l'Oulipo.

L'exercice auquel se sont attelés plusieurs dizaines d'écrivains consiste à reprendre la matrice textuelle du Descendeur comme contrainte et lui faire dire tout autre chose.

Ont ainsi vu le jour les autoportraits du président, du chercheur d'emploi, du tueur à gages, de la toupie, de la femme, du séducteur, de la racine de 2...

Vous venez de lire ma maigre contribution à ce jeu littéraire.

Autoportrait d'un homme au repos: le joueur

Si ça vous a plu/intrigué/intéressé, je vous enjoins vivement à vous procurer le bouquin paru pour les 50 ans de l'Oulipo: c'est un métier d'homme, qui reprend les meilleurs textes.

Poilade assurée et ça vous sortira des plateaux. Il ne coute pas cher et se lit très vite.

Et tant qu'on y est, j'en profite pour vous balancer deux trois références littéraires (du temps où je jouais moins et lisais plus!) qui ont bercé ma jeunesse.

Je vous certifie que c'est tout autant (voire plus) jouissif à lire que Douglas Adams ou Terry Pratchett. Achetez-les les yeux fermés!

Autoportrait d'un homme au repos: le joueur

Il paraît aussi que vous devez nous liker sur la page facebook de meeple toi même. J'ai pas bien compris en quoi ça consiste, mais Camille écrit ça sur chacun de ses articles, alors moi, pas con, je fais pareil.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Hugo 21/08/2014 10:56

Super contrib à l'oulipo !

De Queneau il y a aussi cent mille milliards de poèmes, qui est très ludique dans sa forme aussi.

Gautier 01/07/2014 07:59

Oui, mais se laver, se changer, quel intérêt? C'est une perte de temps...

Mauvais Karma 30/06/2014 19:42

Je note que le joueur ne change jamais de T-shirt. :p